Sagas

♠ Chronique ♠ Guillaume Guégan – Les sorciers T3 : L’ombre des gardiens

img_9949

Saga : Les sorciers
Titre : L’ombre des gardiens
Auteur : Guillaume Guégan
Editeur : Autoédition
Prix : 20€
Pages : 677

Résumé

Quatre mois se sont écoulés depuis que Sam a disparu. Morsana est retournée chez ses parents, en Roumanie. A New York, leurs amis doivent se préparer au futur. Le monde des sorciers – tout comme celui des humaines – est désormais menacé. La prophétie risque de se réaliser, le Démon Millénaire et son armée pourrait s’emparer du sceau et plonger l’Entremonde dans les ténèbres.

La Quatrième Guerre approche. Le premier Cycle de La Noxiance s’achève avec ce récit qui mêle une nouvelle fois magie, réalisme, courage et amitié.

Mon avis

L’apparence extérieure du livre est toujours aussi belle, mais je dois avouer que la taille du bouquin m’a laissé sans voix. Il est énorme ! De plus, en le feuilletant, je me suis rendu compte que la police était bien plus petite que celle des deux derniers tomes et que Guillaume Guégan avait retiré ses petites morales que j’aimais tant. Il m’avait prévenu, mais cela faisait étrange. Les marges étaient également quasiment moindre, ce qui donnait une impression de « trop de texte ».

L’histoire suit celle des deux premiers tomes, mais se déroule trois mois après le deuxième. Les premiers chapitres sont écrits des points de vue des gardiens sous une forme relatée durant un espèce de procès. C’est intéressant d’être dans la tête de chacun d’entre eux, cependant je trouve que Guégan aurait dû spécifier qui parlait dans le titre du chapitre peut-être voulait-il faire un effet de surprise. Lorsque la majorité des gardiens sont réunis, on retourne au point de vue omniscient des premiers tomes. On assiste alors à la préparation de la guerre au niveau des deux camps. Je suis déçue que certains personnages dont j’étais persuadée qu’ils avaient changé retournent vers leurs bas instincts, mais fort heureusement, ils reviennent tout de même du bon côté.

Plusieurs personnages décédés lors des tomes précédents sont ressuscités ou non mort au final. Je dois avouer que pour le coup, j’ai eu la même réaction que Malérius « Mais personne ne reste-t-il donc mort ? » xD La bataille fut intéressante, mais j’ai eu un bug lorsqu’elle s’est terminée…parce qu’elle n’était pas terminée. J’ai regardé le livre, il me restait encore trois cents pages… « euuuuh what mais qu’est-ce qu’il peut bien encore se passer ? » fut ma réaction. On se retrouve face à un monde sous la gouverne de Malérius et les gardiens se retrouvent séparés, une fois de plus. Chaque chapitre les suit alors dans leurs aventures. Là encore, ils finissent par se retrouver, sauf Jarod qui reste en retrait durant la moitié du tome. Je dois avouer que j’étais tellement déçue que la guerre ne soit pas terminée après trois cents pages, que j’ai trouvé les trois cents dernières extrêmement longues. Certains entre-chapitres me semblait inutile, j’en ai donc sauté pour arriver plus vite à la bataille finale. J’ai repéré plusieurs répétitions également et un entre-chapitre qui ne figurait pas dans les autres tomes : les notes de Morsana durant son voyage lors des événements du premier tome. Ces notes sont présentées sous forme de journal, elles sont très intéressantes, mais elles auraient, selon moi, eu plus leur place dans le premier tome afin de commencer à insérer ce personnage dont on parlait déjà.

Bref, donc, dans les trois cents dernières pages, nous retrouvons des personnages perdus de vue, des amitiés le lient, des camps se forment. J’ai adoré l’identité de l’ombre et l’histoire de son monde, mais également la formule de la solution pour vaincre Malérius. Une fois à la bataille finale, ce fut très long car Guillaume Guégan parle de beaucoup de personnages, peut-être trop car au bout de 600 pages, personnellement, je ne voulais que connaître ce qui se déroulait avec les gardiens et non pas les autres. Toutefois, la fin de la bataille a rattrapé cette longueur, des personnages meurent, mais je voulais tellement terminer le livre qui était d’une longueur assommante que cela ne m’a même pas touché alors que je trouvais ces morts tristes. Les petits chapitres de la fin m’ont laissé perplexe…tout particulièrement le dernier dont je me suis demandée qu’elle en était l’utilité.

En conclusion, l’auteur garde son style qui est bon, mais il aurait fallu couper le livre au niveau de la fin de la première bataille, car 600 pages, c’est vraiment très très longs avec une police de caractère et des marges aussi petites et du coup on ne lit que vite fait les trois cents dernières car il y a une impression de trop de texte, ce qui est dommage. J’attends de lire le livre du prochain cycle pour voir si j’y trouverais une réponse à ce mystérieux dernier chapitre, mais s’il est de la même taille, je ne sais pas si je tenterais xD

6/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s