Sagas

♠ Chronique ♠ Philippe Fauché – Le parfum du Yad

img_0489

Titre : Le parfum du Yad
Auteur : Philippe Fauché
Éditeur : Il était un bouquin
Prix : 8€
Pages : 124

Résumé

Dans le New York des années cinquante, le détective Schlomo Silberstein est contraint, pour trouver du travail, de cacher ses origines juives et de prendre un faux nom. Rebaptisé Daniel Hummer, il est engagé par le District Attorney pour aider la Police dans une curieuse affaire de cambriolage manqué dans une synagogue.

Flanqué de l’Inspecteur Donovan, policier raciste avec lequel les relations sont plutôt tendues, mais aussi de Schultz, vieux mafieux juif à la retraite, Hummer découvre qu’une collection impressionnante d’objets religieux juifs a été dérobée sans qu’aucune plainte n’ait jamais été déposée…

Première enquête choc de Schlomo Silberstein, le détective privé à l’humour grinçant et à la baffe facile. Un vrai régal !

Mon avis

J’ai acheté Le Parfum du Yad pour le groupe de lecture du mois de janvier. Il est très petit et la couverture rappelle une photographie. Je la trouve en parfait accord avec l’histoire du roman. Les marges sont parfaites et la police sort de l’ordinaire, ce n’est pas l’habituel Arial et cela m’a tout de suite plus car cela fait plus aéré selon moi. Le seul hic, ce sont sans doute les titres de chapitres qui sont trop en hauteur.

La narration elle-même sort de l’ordinaire. En effet, c’est le héros de l’histoire qui en est le narrateur et il utilise un vocabulaire très familier, ce qui change également de l’ordinaire. Silberstein est un personnage haut en couleur et plein d’humour qui permet une lecture aisée. Il change des détectives ordinaires. Dans ce livre, sa mission est de retrouver plusieurs objets de religions juives qui ont été dérobées dans des synagogues, musées et chez des familles. Nous le suivons donc lui et son coéquipier tout au long d’une enquête rocambolesque qui mêle anciens gangster, humour noir, sexe et religion. Un style qui se lit très facilement, d’autant plus que le roman ne fait que 129 pages !

Une chronique très courte pour un très petit livre que j’ai beaucoup aimé. Si vous aimez les polars imbibés d’humour, surtout n’hésitez pas ! Celui-ci se lit entre deux pavés et je suis certaine qu’il vous plaira.

8/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s