One shot

♠ Chronique ♠ Sarah Clain – De l’autre côté de l’eau

img_0738

 

Titre : De l’autre côté de l’eau
Auteur : Sarah Clain
Éditeur : Plume blanche
Prix : 15€
Pages : 270

Résumé

Dans une ville merveilleuse, aux habitations faites d’arbres gigantesques et protégée par cinq grand Sages, Enor mène une vie insouciante avec ses parents. L’arrivée de Shadrack, un garçon énigmatique qui semble détenir de nombreux secrets, va bouleverser toutes ses certitudes. « Pour quitter ce monde, tu dois traverser l’eau » ? Mais, qu’y a-t-il de si mystérieux de l’autre côté de l’eau ?

Mon avis

J’ai choisi ce livre pour trois raisons. La première, il me faisait de l’œil depuis quelques mois à cause de sa sublime couverture qui m’a juste conquise. Le résumé étant vague, j’étais très curieuse de découvrir le thème du roman. La deuxième, l’éditeur qui fait partie de mes préférés : Plume Blanche. Je n’ai encore jamais été déçue par leur publication ! J’étais donc très curieuse de découvrir ce que cette oeuvre me réservait. La troisième, il est tombé au groupe de lecture. Ce fut donc une excellente excuse pour me le procurer !

J’ai bien aimé le design du livre, sa couverture style aquarelle, les petites bulles autour des numéros de pages et des titres, sans compter que la police était parfaite.

Dès le début, nous plongeons dans un univers imaginaire. La société nous est parfaitement expliquée, si bien que l’on s’adapte très bien à ce nouveau monde. Nous suivons Enor, un jeune garçon passionné de lecture qui prend sous son aile un jeune homme amnésique, Shadrack, pour lui présenter la ville et ses coutumes. Dans un même temps, une jeune fille arrive dans la classe du jeune garçon : Dihamm. Mystérieuse, on sent très vite qu’elle a un lien fort avec le personnage principal même si on ignore lequel.

Afin de mieux découvrir le métier qu’ils souhaitent exercer après leurs études, les enfants sont amenés en sortie scolaire où ils rencontreront des personnes qui pourront leur expliquer ceux-ci. Durant cette excursion, Dihamm et Enor rencontrent Oniris, un être très différent d’eux car possédant un physique particulier et d’étranges dons. Les trois jeunes adolescents trouvent une fontaine sur laquelle une inscription leur explique qu’en y plongeant, ils quitteront leur monde. Shadrack les suit.

C’est à partir de cet instant que j’ai commencé à me sentir plus curieuse puisqu’ils parviennent dans un autre monde où ils rencontrent un cinquième enfant : Axinoë. Nous sommes informés que les cinq jeunes sont liés, mais on apprend la façon dont ils le sont qu’à la fin de l’histoire. Je ne vous spoilerais pas la fin, mais j’avoue avoir été déçue. Je m’attendais à une grosse guerre, quelque chose qui pète et en réalité elle est un peu molle, trop plate alors que le sujet était très intéressant à travailler et aurait pu donner quelque chose de grandiose. Il y avait vraiment du potentiel et c’est vraiment dommage qu’il n’ait pas été plus travaillé.

Venons-en aux personnages. Enor est un garçon très doux et je dirais même parfait. Il est attachant, mais ce n’est qu’à la fin que l’on découvre quelque chose de vraiment intriguant sur lui. Dihamm a un sale caractère, mais on en comprend très vite la cause, mais pareil, rien de bien particulier chez elle. Les trois derniers : Shadrack, Axinoë et Oniris sont ceux qui possèdent le plus de particularités et qui donnent plus de peps à l’histoire. Shadrack par son passé inconnu et soit distant amnésique. On se doute vite que ce n’est pas le cas, mais lorsqu’on apprend pourquoi il le faisait croire, l’histoire devient très surprenante. Je dirais que c’est l’intrigue qui tourne autour de ce personnage qui m’a fait continuer ma lecture car je voulais en apprendre plus sur lui. Oniris était particulier via ce qu’il est, on apprend petit à petit ses réelles capacités et d’où provient son existence. Axinoë, tant de mystères autour de ce personnage après le début de leurs aventures. Au début, je me suis dit « moui, encore un personnage qui ne sort pas de l’ordinaire », mais ensuite Dihamm voit quelque chose qu’elle n’aurait pas dû chez lui et il la menace pour qu’elle ne dise rien. A cet instant, ma curiosité a été titillée. Que cache ce personnage ? Je m’attendais à un truc époustouflant, dans le genre qu’il était le méchant transformé en garçon, mais ce n’était pas cela. Au final, la révélation a été un peu fade…et on finit par deviner de quoi il est question peu à peu.

Le style de l’auteure se lit néanmoins très bien, il est simple et elle sait expliquer son monde pour qu’on le comprenne. Toutefois, certaines choses auraient pu être plus travaillées et détaillées.

En conclusion, ce roman est ma première déception de cette maison d’édition. Je m’attendais à des sirènes, mais cela en a été tout autre. On ne comprend la signification de la couverture qu’à la fin de l’histoire. Malgré le style, l’histoire m’a déçue. Si cette auteure ressort un livre, je lui laisserais néanmoins le bénéfice du doute car ses idées de bases sont bonnes.

6/10

Publicités

2 réflexions au sujet de « ♠ Chronique ♠ Sarah Clain – De l’autre côté de l’eau »

  1. Je suis d’accord avec toi, l’auteure n’a pas suffisamment exploité les points forts de son récit, ce qui a finalement donné qqch de brouillon. Personnellement, j’ai fini par me perdre dans l’intrigue qui empruntait trop de chemins différents et à laquelle venaient s’ajouter des personnages trop nombreux et des scènes incohérentes :s.

    Bref, dommage !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s