Albums

♠ Chronique ♠ Nikolaus Heidelbach – La reine Gisèle

IMG_1193

 

Titre : La reine Gisèle
Auteur : Nikolaus Heidelbach
Éditeur : Panama
Prix : 15€
Pages : 40

Résumé

Imagine une petite fille : elle s’appelle Gisèle et a décidé de faire le tour du monde toute seule, sans ses parents. Elle ira loin, beaucoup plus loin qu’elle ne l’avait imaginé…

Mon avis

Voici enfin le dernier album que j’ai lu dans le cadre du Mooc sur la littérature de jeunesse et pas des moindre puisque c’est mon préféré, mais également le plus long !

La couverture verte met en avant une jeune fille attachée à un radeau sur la mer. La quatrième montre trois étranges petits animaux. Tout cela annonce parfaitement le contenu de l’histoire.

Celle-ci commence par un départ en vacance d’un père et sa fille. Chaque soir, le père raconte un bout de l’histoire de Gisèle à son enfant. Gisèle est partie faire le tour du monde seule, mais échoue sur une île. Elle se retrouve avec de petites créatures qu’elle considère comme des esclaves. Elle se fait de plus en plus exigeante avec les animaux qui finissent par en avoir assez et décide de se débarrasser d’elle. C’est là que le suspens survient comment vont-ils s’y prendre ? La façon de Gisèle d’agir avec eux est scandaleuse, elle se conduit en véritable reine alors que les petits êtres lui sont venus en aide suite à son naufrage. Je ne vous dirais pas de quelle manière ils se vengent, mais c’est bien trouvé et cela inclue une morale à l’histoire à l’intention du lecteur. Bien traiter ceux qui te viennent en aide au risque qu’ils ne te renvoient la pareille.

Au départ, les dessins prennent toute la place sur les pages, puis, lorsque l’histoire de Gisèle commence, le texte prend plus d’importance, les gros dessins sont remplacés par plusieurs petits. Ils sont d’ailleurs bien travaillés, emplis de détails.

En conclusion, un album écrit pour les plus grands, je dirais, à partir de huit ans selon le niveau de lecture qui comporte une morale face à un comportement que les enfants connaissent bien et qui pourrait les faire réfléchir. Gisèle est un exemple de ce qu’il ne faut pas être et la mise en abîme permet de le comprendre plus aisément.

9/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s